FAIRE VOTRE BILAN FOURRAGER

Depuis le début de l’été, le déficit hydrique et les fortes températures mettent à mal les ressources fourragères. Que faire face au manque de fourrages ?

Il convient de mesurer dès maintenant les éventuels déficits. Faire un bilan fourrager s’impose pour définir ce dont on a besoin :
         • d’ici la récolte de maïs,
         • en comptant l’hiver avec un rendement de maïs affecté parfois.

Quelques champs d’actions :


    Eliminer les animaux inutiles (vaches à cellules, vaches en finition, rajeunir l’âge de départ des taurillons et bœufs, vendre les veaux mâles)
Dans tous les cas, il faudra s’assurer de faire sa référence laitière et raisonner en fonction des cours de la viande.

    Implanter des dérobés sur une grande superficie grâce à la pluviométrie récente. Par exemple,
un colza fourrager qui a une croissance rapide ou bien plus classiquement un ray grass/ trèfle qui pourra fournir éventuellement une pâture à l’automne puis la possibilité avant l’implantation du maïs de :
         - Faire un ensilage pour se refaire un stock de sécurité
         - De faire une ou deux pâtures au printemps, avec la possibilité de mettre des animaux à l’herbe plus tôt (le piétinement ne sera pas grave si la parcelle est retournée par la suite)

    Acheter des aliments.
L’achat de maïs ensilage est une des solutions en cas de déficit fourrager. Cependant, la spéculation due au manque de fourrages risque de faire grimper les prix et d’amener les éleveurs à se tourner vers d’autres solutions comme l’achat de sous-produits.
Précautions : bien se renseigner sur les valeurs du sous-produit (MS, composition, valeurs alimentaires).
Attention à la qualité du produit car les valeurs peuvent varier d’une livraison à l’autre. En cas de livraison importante, la réalisation d’une analyse peut s’avérer rentable.

Il faut s’assurer des disponibilités et des cours. Il est souvent nécessaire de passer commande au fournisseur deux semaines à l’avance.

    Valoriser les repousses d’herbe automnales si les conditions sont favorables


Il peut être intéressant de faire pâturer des animaux à faibles besoins tel que des génisses à vêlage tardif, des génisses de viande, des bœufs, des animaux de troupeau allaitant à besoins modérés en prévoyant un faible chargement afin d’éviter le piétinement et en apportant un complément de foin.

ZOOM SUR LE CONSEIL D’ELEVAGE


Notre conseil d'élevage est une approche globale du troupeau ponctuée par des visites régulières d'environ 2 heures basées sur l'observation des animaux, de leur environnement et l'analyse des données disponibles pour mettre en évidence les points à améliorer dans la conduite de l'élevage.
Le conseil d'élevage constitue un système de pilotage destiné aux éleveurs.

Pourquoi adhérer à un suivi d’élevage ?
• Le conseil d’élevage permet d’assurer à l’éleveur une mise sous surveillance et surtout de déceler précocement tout dérapage pour en miniser les conséquences,
• Il constitue un « système d’assurance » qui n’est pas obligatoirement destiné à l’éleveur confronté à des problèmes mais aussi à un éleveur demandeur et perfectionniste,
• Optimisation de l’EBE


Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter
au 02 33 06 46 99