EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE (EPI) EN AGRICULTURE

Quelles sont vos obligations?

LA MSA dénombre plus de 22.000 accidents du travail  par an en 2016, dont un quart sur les exploitations d’élevage bovins lait. Ce qui fait de l’agriculture le troisième secteur d’activité le plus accidentogène, après le BTP et les conducteurs routiers.

Le responsable d’une exploitation agricole se doit de prévenir les risques d’accidents des employés, en cas de défaut sa responsabilité peut être engagée, au civil et au pénal. Article L.230-2 du code du travail.

En agriculture, les EPI  sont incontournables et visent à protéger les personnes qui travaillent sur l’exploitation.

Les EPI  sont la résultante d’une démarche globale. Partant du constat qu’au contact des produits phytosanitaires, des animaux ou bien des engins agricoles, les collaborateurs qui effectuent, quotidiennement ou occasionnellement, des tâches sur l’exploitation agricole s’exposent inévitablement à des risques se traduisant par des maladies professionnelles ou des accidents. En préambule l’employeur a le devoir de recenser l’ensemble de ces risques, et se doit de rédiger le Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels (DUERP). Ce recensement constitue la première étape : il convient ensuite d’évaluer le risque afin de prendre toutes les mesures qui permettront de l’éliminer, voire de rechercher des méthodes de production alternatives moins dangereuses. Enfin le dirigeant doit prendre des mesures de protection collective, fournir et renouveler les EPI puis donner des instructions appropriées aux personnes travaillant sur l’exploitation.

Les différentes catégories d’EPI.  En fonction du niveau de dangerosité du risque professionnel, les équipements de protection sont classés par catégorie. Les équipements de protection individuelle vont du casque aux chaussures de sécurité, en passant par les lunettes, les masques de protection respiratoire, les bouchons d'oreille, les gants, les vêtements de protection, les harnais, etc. Ils sont destinés à protéger du ou des risques à un poste de travail : exposition cutanée ou respiratoire à un agent chimique ou biologique, chaleur, rayonnements, bruit, écrasement, choc, électrocution.... En fonction des zones corporelles qu’ils protègent, les équipements de protection individuelle sont classés par famille. Ils protègent notamment les voies respiratoires, la tête, la vue, le corps, les pieds, l’ouïe, les mains ou encore le visage.

Catégorie

Risque

Marquage

Type de protection

I

Mineur

CE

Lunettes, gants légers, vêtements de pluie…

II

Majeur

CE + année

Protections auditives, oculaires, chaussures de sécurité, vêtements de travail, bottes, casques, visières…

III

Mortel

CE + année+ N° d’identification de l’organisme contrôleur

Harnais, appareils de protection respiratoire, tenues contre la chaleur, le risque chimique, l’électricité, gilets de sauvetage….

 

Sur leur lieu de travail, les collaborateurs doivent être correctement informés au sujet des risques auxquels ils s’exposent. Il s’agit là d’une obligation légale car l’employeur doit signaler chaque danger potentiel sur le lieu de travail. Par exemple, des panneaux de signalisation à proximité du danger seront pertinents. De même, une notice d’instruction ainsi que la déclaration de conformité CE accompagnent impérativement l’EPI.